5. LA FIN D’UN CYCLE GÉOMÉTRIQUE

photo de l'article, la fin d'un cycle géométrique

5. LA FIN D'UN CYCLE GÉOMÉTRIQUE

La fin d’un cycle géométrique :

La fin d’un cycle géométrique, ouiiiiiii enfiiiiiiin !!

Les premiers mois de l’année ont été essentiellement marqués par la création du site des gardiens de cristal. Ce fut long…

J’ai écouté mes ressentis, les idées prenaient forme, cela se déliait au fur et à mesure des jours qui défilaient. Dans les premiers temps, la mise en pratique était encore dans la phase de réflexions. Voici les quelques phrases auxquelles je me suis heurtée : 

  • Euh, comment on fait un site internet déjà ?

  • Ah oui, on doit choisir entre une plateforme sur laquelle on construit un site, et ce, sans aucune sauvegarde de ce qui est publié. Et/ou une autre plateforme où c’est quand même plus compliqué, mais où il y a une sauvegarde.

  • Une fois ceci choisi, il y a la question de « comment je vais m’y prendre ?? » « Qu’est-ce que je mets et qu’est-ce que j’évite… »

La matière contre la vibration :

Bref autant de questions techniques, qui sont devenues par la force des choses, des questions mentales. Autant, je me laisse porter par ma petite voix autant, j’avoue qu’à plusieurs moments, ce fût assez difficile dans la réalisation. J’y ai passé du temps sur cet ordinateur et c’est fatigant !

J’ai fait aucun calcul pour vérifier, mais je commence à me connaître et j’ai pu apercevoir un état de fatigue inhabituel. Moralement, physiquement et vibratoirement. 

C’était une descente dans la matière dans tous les sens du terme et Ô combien pénible ! 

C’est quand même quelque chose de se sentir vivre, de se sentir portée et puis à un moment pour avancer, booooom. Moi qui agis un peu comme le vent, il m’a fallu édifier une structure phy-si-que dans le monde d’Internet ! Juste incroyable, j’en rigole toute seule !

Voir des réseaux invisibles partout, tout le temps !

La structure, c’est le site, imaginez mes doigts sur un clavier, mes yeux sur un écran, et ma réflexion de jeune débutante face à l’univers matérialiste qu’est l’informatique. Le réseau Internet, c’est un peu comme les grilles de la planète, ce sont les ondes par excellence. Le truc qui est physiquement invisible et pourtant qui est partout. 

Sachez que si un jour, on a l’occasion de se croiser et d’échanger des mots ensemble, je pourrais très bien vous expliquer l’aspect vibratoire et géométrique des choses rien qu’en faisant un sketch de cette aventure ! 

Maintenant, le site a vu le jour et le plus gros de la technique est maîtrisé. Je vais pouvoir reprendre une écoute attentive du chemin sur lequel j’avance avec les crânes.

À vrai dire, quand je parlais des crânes, j’y voyais leurs énergies à part entière. Une énergie que j’arrive à traduire en langage humain, mais en écrivant ces quelques lignes il y a un nouvel aspect qui se dessine… Coool, je découvre une nouvelle graine !

 

Les futurs challenges :

Alors la suite du cycle, de la vibration ! Mais aussi encore un peu de géométrie…

Je vais continuer de faire grandir “gardiens de cristal”, en travaillant encore sur le site, et en le faisant découvrir près de chez moi autour de Bordeaux par des réunions, ateliers.

Sur le site, je parle des crânes, mais j’aimerais parler de l’énergie en général, car c’est un sujet qui va de pair. 

Bien entendu, je parlerai des crânes de cristal et de ce qu’ils peuvent nous apporter.

C’est clair que pour moi, c’est bien plus facile de parler et d’être au contact de vrais gens, de sentir leur vibration que d’écrire derrière l’ordinateur. 

L’écriture sera toujours un défi pour moi et je travaille dessus pour me libérer. J’ai pu comprendre que j’avais certaines réticences à écrire. Pourtant, j’aime beaucoup cela. Disons qu’écrire à un copain me pose aucun problème, mais écrire sur mes ressentis, mon vécu, ma manière d’interpréter la vie et le publier sur Internet en est une autre. 

Aurélie Eva

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.